De la dépendance à l’autonomie affective

 

Vous n’êtes pas prêt à vous retrouver face à l’insupportable sentiment de vide qui survient quand l’autre s’éloigne ? Vous venez de quitter un partenaire maltraitant pour la 2ème fois, vous souffrez et ne savez pas si vous allez tenir votre décision ? Vous venez de fêter vos 40 ans et vous pleurez les besoins qu'une relation avec un parent toxique n’a pas su combler ?  

 

 

Comment se créent nos dépendances affectives et comment développer son autonomie  pour être mieux avec soi en premier, et puis les autres en second ? C'est ce que je vous propose d'explorer au cours de ce blog.

 

Il arrive un âge où il est très difficile d'avoir des relations harmonieuses, que ce soit personnelles ou professionnelles, dès lors qu'il y a attachement. La disharmonie vient du fait que nous projetons sur quelqu'un d'autre que soi (et cela peut-être   une personne, un objet ou un événement) des attentes. Nous attendons que l'autre que soi vienne reconnaître et combler nos besoins, là où nous ne savons plus le faire pour soi-même.  Notre réalité est perçue à travers l'autre qui devient notre reflet miroir. Nous plaçons à l'extérieur de soi le bien que nous ne reconnaissons pas en nous-même.  Cela crée un lien d’attachement affectif.

 

Ces liens d'attachement, ce sont des liens qui se construisent en particulier dans les premiers âges avec sa mère. Au départ de la vie, cet attachement est naturel et utile pour se nourrir physiquement et psychiquement. 

 

A l’adolescence normalement nous devrions pouvoir couper le cordon émotionnel qui nous lie à nos parents nourriciers et prendre la responsabilité de la satisfaction de nos propres besoins.

 

Ors aujourd’hui il se trouve que nombreux sont ceux qui progressent en âge sans avoir coupé le cordon affectif avec son ou ses parents. Ils grandissent en âge avec pour modèle affectif la dépendance affective : le désir inconscient de fusionner avec l'autre pour satisfaire ses besoins psychiques et physiques.

 

Cela a pour conséquence que nous créons d'autre lien d’attachement avec un partenaire en priorité, ou alors avec d'autre chose ou événement qui deviennent le reflet miroir de nos dépendances affectives non-résolues.

 

Il est naturel de s'attacher, il est naturel d'avoir de la peine à s'en défaire car ses attaches ont un sens au départ. Mais sans émancipation de la dépendance à l’autonomie affective, une personne aura tendance à rechercher des liens d’attachement pour combler ses besoins à l'extérieur de soi.

 

Ces liens véhiculent tout un conditionnement. Nous intégrons à travers ses liens des valeurs, des croyances, des pensées, des émotions. Ses liens peuvent bloquer la circulation de l'énergie, l'émancipation de l'être, le sentiment d'amour inconditionnel ou de paix en soi. Tout ce qui est capté ainsi à travers ses attachements peut limiter une personne à être soi-même, à s'aimer inconditionnellement et l’empêcher à satisfaire ses besoins.

 

Par les attachements affectifs nous nourrissons des illusions affectives qui nous éloignent de notre puissance intérieure et de notre liberté d'être. Elles peuvent être source de souffrance. Cette souffrance naît de la dépendance à quelque chose d'extérieur à soi et un sentiment de séparation. 


Qu'est ce qui nourrit la dépendance ?


La dépendance affective se nourrit

  • de la projection de nos peurs 

  • de nos attentes 

  • de nos besoins que l’on projette sur l’autre  

  • de nos croyances 

  • des blessures de notre enfant intérieur


N’est un problème que  le lien d’attachement affectif qui fait souffrir et se transforme en dépendance affective, nous empêchant d’être libre et autonome pour trouver des sources de satisfactions à nos  propres besoins.


Comment se manifestent nos dépendances affectives?

  • par les dépendances familiales : le besoin d'amour est tel que le besoin d'autonomie rend coupable. On ne peut pas être en paix, tant qu'on alimente le jugement et la culpabilité . 

  • par les dépendances  dans nos relations amoureuses: Nos relations amoureuses nous font revivre notre première relation affective avec sa mère. On recherche la source d'énergie et de sécurité auprès du partenaire. C'est une recherche de l'amour inconditionnel de la mère, une envie de fusion.  Aussi longtemps que l’on n’a pas une rencontre intime avec nous même et nourricier nous avons tendance à rechercher à l'extérieur de nous même cette nourriture. Nous cherchons à réparer nos blessures d'enfant. Il est courant dans mon cabinet de constater qu'une situation non résolue attire à elle, la même situation pour la résoudre sous forme de schéma relationnel récurrent.  

  • par le passé amoureux  qui influence notre relation à l'amour. Il faut aussi se libérer des amoureux passés, d'en faire le deuil et de se réapproprier les rêves qu'on a projeté sur cette relation.  Nous avons tous le rêve d'un partenaire idéal . Des personnes ont du mal à s'engager. Derrière ce comportement,  il y a une peur de la dépendance, s'il osait s'abandonner à la relation.  Ce lien amoureux à cette particularité de nous révéler dans notre structure profonde et intime.

 

Comment développer son autonomie

 

Amour de soi, permission d'être soi-même, prendre la responsabilité de combler un besoin, cultiver l'intimité avec soi, avoir des dispositions positives (motivation, courage et confiance), se défaire de liens toxiques, développer des liens bénéfiques, permettront d’activer des comportements sains avec soi-même comme avec les autres.

 

Un retour à soi-même et une  fusion avec soi-même rendra possible d’éviter  une fusion nocive avec l’autre permettent de combler les manques affectifs issus de son passé et conquérir son autonomie affective. Il s'agit d'intégrer que nous sommes « complet en soi-même » au départ et qu’il y a « additivité » dans nos relations amoureuses avec l’autre, pas « comblement ».

 

Les processus et les causes étant enfouis dans l'inconscient, j'accompagne la  transformation essentielle de la dépendance à l’autonomie affective avec les outils de l'hypnose , la libération des attachements affectifs et facilite un processus de guérison par l'amour selon les méthodes du Dr Laskow. 

 

Les bénéfices de l'autonomie affective. 

 

La libération de la dépendance affective nous aide à choisir ses héritages plutôt que de les subir, à s'aimer inconditionnellement et à prendre la responsabilité de la satisfaction de ses besoins. Cela a pour conséquence une amélioration des liens avec soi et avec les autres, de retrouver confiance , équilibre et espoir et d'ouvrir à la co-création de sa vie.

 

 

Caroline Wieland 

Coach de vie et de carrière, sophrologue , hypnothérapeute

www.Actualise.ch

novembre 2017

Please reload

Please reload

copyright @Caroline Wieland - Actualise