Hypnose pour dépasser les limites de ses peurs

Vaincre l’anxiété , vaincre le trac devant un examen, vaincre la peur de parler en public, vaincre la phobie des insectes, des hauteurs, de l’ascenseur, de l'automobile, de l’avion, de passer un entretien d’embauche, un permis de conduire, de faire une première rencontre, vaincre la peur de ne pas réussir, vaincre la peur de l’eau, vaincre la peur de la séparation, vaincre sa timidité, vaincre la peur de déplaire, vaincre son stress, vaincre la peur des seringues, vaincre la claustrophobie...etc

 

Si on considère la population générale âgée de 18 à 65 ans sur une année, 15 % des individus présenteront un trouble anxieux au cours de cette année (prévalence sur un an). (référence www.anxiété.fr)

 

Une peur c'est un peu comme un poison émotionnel sur la santé, tant physique que psychique. C'est connu que le stress négatif de nos peurs agit tant sur nos cellules que sur notre esprit et nos comportements .  

 

L'hypnose permet de rassembler et ancrer les ressources utiles pour (con)vaincre ses peurs et  apaiser l'anxiété. On n'efface pas une donnée; on remplace plutôt des éléments - perceptions, croyances, pensées, par exemple - par d'autres éléments qui mènent à d'autres comportements. Par la suggestion on amène le patient à transformer l'association intégrée d'un déclencheur et sa réponse. C'est une sorte de rééducation de l'esprit.

 

Cette prise en charge par l'hypnose ne vise absolument pas à remplacer une prise en charge psycho-thérapeutique et médicale , mais peut être complémentaire.

 

 

Au coeur du processus de guérison, on trouve l'importance du sens . Une peur focalisée sur un objet est souvent la solution la moins "coûteuse" pour pallier à d'autres peurs inconscientes. Le processus d'exploration implique une grande vigilance de la part de l'hypnothérapeute pour éviter d'ouvrir une boite à pandore et de faire que le patient ressorte moins bien qu'il ne soit entré. 

 

Le processus d’exploration varie considérablement d’un individu à l’autre. La recette miracle n’existe pas. C’est le patient, lui-même, qui découvre ses besoins, réveille ses capacités et les laisse enrichir sa Conscience et les intègre. Il remplace ainsi une solution considérée comme obsolète par une autre.

 

Mettre fin à une peur mène à faire des deuils et à retrouver l'amour inconditionnel de soi. C'est tout à fait notable dans le processus thérapeutique de mes patients que le contraire de la peur n'est pas la confiance, mais le ressenti de l'amour inconditionnel de Soi. 

 

Nous avons une capacité de dépassement de nos peurs, que l’on ne soupçonne pas !  

 

Le travail à faire consiste à

accepter de faire face à ses peurs,

de prendre conscience avec un esprit critique de l'objet réel ou imaginaire de ses peurs, d'oser remonter à l'origine ou à la cause de la frayeur, 

de retenir les apprentissages contenus dans l'expérience vécue à l'origine de la peur,

de désactiver les associations faites par notre cerveau émotionnel.

à reconnaître et exprimer son sentiment d'impuissance et de colère

de reconnecter avec son pouvoir créateur 

 

Le processus de libération permet d'enfin troquer l'objet de sa peur avec le ressenti d'amour inconditionnel de soi, en attente d'être révélé.  La libération est le fruit d'une ouverture intérieur. Au fond on est  soit maître de soi et aimant soit esclave de ses peurs.

 

Certaines situations peuvent demander une anamnèse plus approfondie pour déterminer si l'hypnose est adéquate ou pas. Je reçois volontiers vos demandes à ce sujet : actualisersavie@gmail.com

 

Caroline Wieland

Sophrologue, Hypnothérapeute & Coach

Actualise.ch

 

 

 

Please reload

Please reload

copyright @Caroline Wieland - Actualise